Sous l’inspiration d’un grand maître du tapis

À l’occasion de l’exposition Moderne Maharajah qui se tient à Paris jusqu’au 12 janvier, Arteum pour le musée des Arts décoratifs (MAD) m’a invitée à créer une écharpe très singulière.

Inspiration pour Natalia Franquet, un tapis unique de Da Silva Bruhns du début des années trente

Pour cette commande exclusive du MAD, j’ai revisité un tapis unique imaginé au début des années trente par le peintre et décorateur français, Ivan Da Silva Bruhns. Destiné à meubler le palais du maharajah d’Indore, ce tapis exceptionnel et avant-gardiste est l’une des pièces maîtresses de l’exposition consacrée au maharajah d’Indore.

Motifs géométriques

Je suis restée fidèle au dessin de Da Silva Bruhns : sa beauté méritait en effet une mise en lumière. Ses motifs géométriques, sa palette restreinte de couleurs et leur tonalité chaude, des lignes noires sur un dégradé de rouge et d’ocre, restent d’une très grande modernité.

Dessin de Da Silva Bruhns inspirateur pour Natalia Franquet

Jeu de couleurs

J’ai essentiellement joué sur les couleurs et privilégié la teinte terre plutôt que le rouge. En s’accordant avec la sobriété du motif, ces nuances revisitées séduisent autant les hommes que les femmes. J’ai bien sûr travaillé les proportions pour faire de ce tapis gigantesque une étole de 2 mètres. Les écharpes, en laine de mérinos et de soie, ont ensuite été tissées par une famille d’artisans du Cachemire puis imprimées par sérigraphie.

Natalia Franquet Choix de teinte terre

Revisiter un chef-d’œuvre

Cette plongée dans l’univers du maharajah d’Indore et dans l’œuvre de Da Silva Bruhns m‘a véritablement enchantée. Je me demande même parfois ce que ces deux visionnaires auraient pensé de cette adaptation…

L’écharpe est en vente exclusive dans la boutique du Musée des Arts Décoratifs.

echarpe-maharajah-de-natalia-franquet
Acheter echarpe de Natalia Franquet au madparis

un design en exclusif

CLÉ DE SOL

“Pour cette collaboration avec La Folle Journée, j’ai voulu créer un motif graphique

qui traduise une musique visuelle ».

 

Etape 1 : La création du motif

J’ai choisi la clé de sol pour sa symbolique et son graphisme fluide et dynamique.

 

Étape 2 : Le remplissage et la répétition.

La réalisation artisanale par sérigraphie en grand cadre permet de faire varier le motif. Il y a des vides et des pièces manquantes d’une clé de sol à l’autre, c’est cette variation subtile qui crée le rythme.

Le clichage : le motif en taille réelle est prêt pour la gravure de l’écran.

Étape 3 : la gravure sur écran en grand format est réalisée par photogravure.

Dans un premier temps, la gaze vierge est tendue sur le cadre. Elle est ensuite entièrement bouchée avec une émulsion photosensible : c’est l’enduction.

Une fois sèche, l’émulsion photosensible durcit lorsqu’elle est exposée à un rayonnement ultraviolet : c’est l’insolation.

Chaque cadre écran mesure 100 cm x 200 cm.

L’émulsion exposée aux ultraviolets durcit : elle bouche la fine toile et l’encre ne passe pas.

L’émulsion protégée des ultraviolets dans les zones couvertes par le dessin ne durcit pas : on la retire à l’eau, elle ne bouche pas le tissu et l’encre passe.

Le cadre est prêt pour l’impression

Les écharpes en laine et soie finement tissées sont alors disposées sur une table adhérente. Elles doivent être parfaitement tendues et alignées, le moindre pli étant fatal.

 

J’aime particulièrement le moment du passage de l’encre ou de la pâte pigmentée.

Chacun d’un côté de la table, Les deux imprimeurs saisissent la racle et accomplissent ce geste, simple en apparence, qui requiert des années d’expérience. Ils doivent être parfaitement coordonnés pour assurer la même pression sur toute la surface du tissu.

Une fois imprimé, le tissu sera lavé et soumis à de hautes températures dans une cocotte à vapeur. Les écharpes sont ensuite séchées au soleil. C’est uniquement après le séchage que l’on aperçoit enfin la couleur définitive. Un moment que j’appréhende toujours : si la couleur est erronée, il faut tout recommencer…et pour cette commande exclusive la couleur bleu est très minutieusement choisi. Elle se doit d’être intense, lumineuse, vibrante, tout comme l’événement qu’elle souhaite représenter « La folle journée de Nantes »

De retour dans l’atelier, les écharpes sont contrôlées et leurs bords sont soigneusement coupés. Les fils sont ensuite délicatement tirés à la main afin de réaliser les franges. C’est à ce moment que sont placées les étiquettes de marque avec les conseils de lavage.

Étapes finales : le repassage et le conditionnement en sachets pour préserver les écharpes de la poussière du transport jusqu’à leur destination.”

Vous pouvez dès à présent acquérir cette écharpe dans la boutique en ligne de La Folle Journée de Nantes

Serviette de plage Ola Kala en vadrouille

Serviette de plage Ola Kala et souvenirs de vacances Ça y est l’été se termine, nous sommes nombreux à être déjà retournés au bureau. Et bientôt les enfants retrouveront les bancs de l’école. Alors, si on se replongeait dans les souvenirs de vacances, revoir le sable doré, les cheveux mouillés, les rires sur la plage… Juste histoire de prolonger un peu le plaisir juste avant la rentrée ? Pour ça, je peux dire un grand merci à tous ceux qui m’ont envoyé leurs jolies photos de vacances…Lire la suite de « Serviette de plage Ola Kala en vadrouille »

îles Canaries, le retour aux sources ! Je vis en France depuis de nombreuses années et j’aime mon pays d’adoption. Mais chaque année j’ai besoin de m’évader quelques jours sur mes terres natales, les îles Canaries. Désormais c’est un véritable rituel, une pause indispensable pour me ressourcer, c’est là bas que je puise toute mon énergie et l’inspiration qui anime mes collections, donc celle de serviettes de plage Ola Kala. Je sais que quelque uns pensent sûrement que c’est un lieu déjà trop dénaturé par le…Lire la suite de « Inspiration îles Canaries »

De l’expérience… Je voulais vous raconter l’histoire de la collection de plage Ola Kala. Mais surtout vous dire comment je l’ai imaginée et ce qui différencie ces serviettes de plage de toutes les autres… Née aux ïles Canaries, j’ai passé les 18 premières années de ma vie au bord de l’eau et les pieds dans le sable. Durant les longs mois d’été ensoleillés nous passions énormément de temps à la plage. Et si pour profiter au maximum de ces instants il est évident que le choix du…Lire la suite de « Ola Kala, la serviette de plage idéale »