Comment laver une écharpe en laine est une question qui m’est régulièrement posée. Vous le savez peut-être, la laine de mérinos est une de mes matières favorites. La plupart des écharpes que je crée sont composées de cette laine associée à la soie. Il est indispensable de maîtriser les quelques règles de lavage de ce type de tissu, sans quoi votre écharpe pourrait se transformer en mouchoir de poche ! Je vous propose 3 astuces qui garantissent un entretien performant de votre écharpe tout en prenant soin de la délicatesse de sa matière. En suivant ces conseils, votre écharpe en laine restera impeccable pendant des années, sans bouloches et sans feutrage de la laine.

Astuce #1 — Connaître les caractéristiques de mon écharpe pour bien l’entretenir

La laine mérinos provient d’une race de moutons spécifique, présente notamment en Australie. Bien plus fine que la laine traditionnelle, mais très résistante, douce et soyeuse, la laine mérinos ne pique pas et garantit chaleur et régulation thermique du corps. Lorsque le diamètre de la fibre est très petit, la laine est souvent mélangée avec d’autres fibres, notamment la soie. Prenez donc le (bon) réflexe de lire l’étiquette de votre écharpe. Vous y trouverez les consignes de lavage, base de l’entretien de votre accessoire préféré qu’est l’écharpe.

Astuce #2 — Comment laver une écharpe en laine en privilégiant un entretien doux et respectueux

Même si l’étiquette de votre écharpe admet le lavage en machine, je ne saurais trop que vous conseiller de privilégier le lavage à la main. Le principe de base est de ne pas agresser les fibres de la laine qui ne doivent pas se déformer. Voici les étapes à suivre pour un lavage doux et efficace de votre écharpe :

  1. Faites tremper votre écharpe dans une bassine remplie d’eau légèrement tiède et utilisez un shampoing doux spécifique laine ;

  1. Procédez immédiatement au lavage en remuant et frictionnant doucement l’écharpe entre vos doigts ;
  1. Ne laissez jamais tremper l’écharpe, les fibres de la laine mérinos n’apprécient guère de stagner trop longtemps dans l’eau ;

  1. Rincez abondamment votre écharpe, sans la tordre, avec une eau à même température que l’eau de lavage ;

 

  1. Sortez rapidement l’écharpe de la bassine en la secouant bien pour extraire l’eau ;

  1. Enroulez l’écharpe dans une serviette pour extraire à nouveau le maximum d’eau et séchez-la à plat ;

  1. Repassez votre écharpe encore humide en utilisant la position « laine » de votre fer à repasser ;

En suivant ces quelques consignes, votre écharpe restera comme neuve durant plusieurs années !

 

Astuce #3 — Bannir le lavage en machine de mon écharpe

Même si vous êtes pressé et que votre machine à laver dispose d’un programme « laine » ou « lavage main », ne l’utilisez pas ! Gardez à l’esprit que l’eau chaude, les détergents trop abrasifs, un temps trop long passé dans l’eau et les torsions violentes des fibres de laine sont les pires ennemis de votre écharpe. Un lavage en machine est trop agressif. Vous risquez de ne pas sortir l’écharpe du tambour de la machine en fin de cycle par oubli ou faute de temps. Votre écharpe pourrait sortir feutrée et boulochée.

En suivant ces quelques conseils de nettoyage simples, votre écharpe en laine mérinos ne se déformera pas. Bouloches et laine feutrée seront évitées grâce à la préservation des fibres de cette laine ultra fine. Vous profiterez de votre écharpe pendant de longues années !

Faites-nous part de vos expériences ! Et n’hésitez pas à commenter et partager cet article s’il vous a plu.

Natalia

D’un bijou d’architecture à une écharpe

À l’occasion de la refonte du packaging de la boutique du musée du quai Branly, Arteum m’a commandé une nouvelle écharpe inspirée de l’architecture du bâtiment.

Une architecture audacieuse, des jardins magnifiques, une façade composée d’une multitude de boîtes multicolores en suspension, des jeux d’ombre qui renforcent la palette de couleurs, une riche collection de textiles… Le musée du quai Branly-Jacques-Chirac, conçu par Jean Nouvel, est une vraie source d’inspiration !

 

 

Trouver la bonne perspective

Pour que cette nouvelle écharpe soit graphiquement intéressante, je me suis concentrée sur une perspective du bâtiment avant de retravailler les proportions. Le rythme de la façade a été symbolisé par les couleurs disposées de façon faussement aléatoire. La palette est d’ailleurs uniquement constituée des teintes présentes dans le nouveau packaging : rouille, ocre, aubergine et gris acier.

L’art de la trame

J’ai ensuite traité les ombres de la façade par des trames à la manière des dessinateurs de BD. En jouant simplement sur le sens des rayures, leur teinte et leur épaisseur, j’ai pu donner une illusion de volume. Même les couleurs semblent plus nombreuses que les quatre teintes réellement utilisées !

En vente permanente

Tissée en laine de mérinos et de soie, cette écharpe, baptisée Architecture, est l’une des cinq étoles que j’ai eu la chance de réaliser pour le musée du quai Branly.
Je suis particulièrement heureuse qu’elle fasse partie de la collection permanente en vente dans la boutique du musée du quai Branly.

 

 

 

 

Sous l’inspiration d’un grand maître du tapis

À l’occasion de l’exposition Moderne Maharajah qui se tient à Paris jusqu’au 12 janvier, Arteum pour le musée des Arts décoratifs (MAD) m’a invitée à créer une écharpe très singulière.

Inspiration pour Natalia Franquet, un tapis unique de Da Silva Bruhns du début des années trente

Pour cette commande exclusive du MAD, j’ai revisité un tapis unique imaginé au début des années trente par le peintre et décorateur français, Ivan Da Silva Bruhns. Destiné à meubler le palais du maharajah d’Indore, ce tapis exceptionnel et avant-gardiste est l’une des pièces maîtresses de l’exposition consacrée au maharajah d’Indore.

Motifs géométriques

Je suis restée fidèle au dessin de Da Silva Bruhns : sa beauté méritait en effet une mise en lumière. Ses motifs géométriques, sa palette restreinte de couleurs et leur tonalité chaude, des lignes noires sur un dégradé de rouge et d’ocre, restent d’une très grande modernité.

Dessin de Da Silva Bruhns inspirateur pour Natalia Franquet

Jeu de couleurs

J’ai essentiellement joué sur les couleurs et privilégié la teinte terre plutôt que le rouge. En s’accordant avec la sobriété du motif, ces nuances revisitées séduisent autant les hommes que les femmes. J’ai bien sûr travaillé les proportions pour faire de ce tapis gigantesque une étole de 2 mètres. Les écharpes, en laine de mérinos et de soie, ont ensuite été tissées par une famille d’artisans du Cachemire puis imprimées par sérigraphie.

Natalia Franquet Choix de teinte terre

Revisiter un chef-d’œuvre

Cette plongée dans l’univers du maharajah d’Indore et dans l’œuvre de Da Silva Bruhns m‘a véritablement enchantée. Je me demande même parfois ce que ces deux visionnaires auraient pensé de cette adaptation…

L’écharpe est en vente exclusive dans la boutique du Musée des Arts Décoratifs.

echarpe-maharajah-de-natalia-franquet
Acheter echarpe de Natalia Franquet au madparis

un design en exclusif

CLÉ DE SOL

“Pour cette collaboration avec La Folle Journée, j’ai voulu créer un motif graphique

qui traduise une musique visuelle ».

 

Etape 1 : La création du motif

J’ai choisi la clé de sol pour sa symbolique et son graphisme fluide et dynamique.

 

Étape 2 : Le remplissage et la répétition.

La réalisation artisanale par sérigraphie en grand cadre permet de faire varier le motif. Il y a des vides et des pièces manquantes d’une clé de sol à l’autre, c’est cette variation subtile qui crée le rythme.

Le clichage : le motif en taille réelle est prêt pour la gravure de l’écran.

Étape 3 : la gravure sur écran en grand format est réalisée par photogravure.

Dans un premier temps, la gaze vierge est tendue sur le cadre. Elle est ensuite entièrement bouchée avec une émulsion photosensible : c’est l’enduction.

Une fois sèche, l’émulsion photosensible durcit lorsqu’elle est exposée à un rayonnement ultraviolet : c’est l’insolation.

Chaque cadre écran mesure 100 cm x 200 cm.

L’émulsion exposée aux ultraviolets durcit : elle bouche la fine toile et l’encre ne passe pas.

L’émulsion protégée des ultraviolets dans les zones couvertes par le dessin ne durcit pas : on la retire à l’eau, elle ne bouche pas le tissu et l’encre passe.

Le cadre est prêt pour l’impression

Les écharpes en laine et soie finement tissées sont alors disposées sur une table adhérente. Elles doivent être parfaitement tendues et alignées, le moindre pli étant fatal.

 

J’aime particulièrement le moment du passage de l’encre ou de la pâte pigmentée.

Chacun d’un côté de la table, Les deux imprimeurs saisissent la racle et accomplissent ce geste, simple en apparence, qui requiert des années d’expérience. Ils doivent être parfaitement coordonnés pour assurer la même pression sur toute la surface du tissu.

Une fois imprimé, le tissu sera lavé et soumis à de hautes températures dans une cocotte à vapeur. Les écharpes sont ensuite séchées au soleil. C’est uniquement après le séchage que l’on aperçoit enfin la couleur définitive. Un moment que j’appréhende toujours : si la couleur est erronée, il faut tout recommencer…et pour cette commande exclusive la couleur bleu est très minutieusement choisi. Elle se doit d’être intense, lumineuse, vibrante, tout comme l’événement qu’elle souhaite représenter « La folle journée de Nantes »

De retour dans l’atelier, les écharpes sont contrôlées et leurs bords sont soigneusement coupés. Les fils sont ensuite délicatement tirés à la main afin de réaliser les franges. C’est à ce moment que sont placées les étiquettes de marque avec les conseils de lavage.

Étapes finales : le repassage et le conditionnement en sachets pour préserver les écharpes de la poussière du transport jusqu’à leur destination.”

Vous pouvez dès à présent acquérir cette écharpe dans la boutique en ligne de La Folle Journée de Nantes

Certains d’entre vous le savent déjà: pour finir l’année en beauté, j’ai dessiné une

collection de motifs imprimés sur écharpes !

Ces écharpes sont réalisées par des artisans tisserands qui habitent les vallées de l’Himalaya au nord de L’Inde. Ils utilisent des fils d’une exquise finesse, mélange de fibres de laine mérinos et de soie. Il n’a pas de grande usine, tout est réalisé dans de petits ateliers qui possèdent au maximum quatre métiers à tisser. Souvent, il s’agit d’un bâtiment annexe à l’habitation, ou à la grange ce qui permet d’adapter l’activité au gré des saisons. Une fois tissées, ces écharpes sont conduites dans l’atelier de sérigraphie où mes dessins sont imprimés selon une technique à base de grands cadres, et une méthode d’encrage artisanale. C’est une série à tirage limitée.

On obtient ainsi ces grandes écharpes qui ont la légèreté d’une caresse et qui savent garder une douce chaleur toute au long de la journée.

Echarpe bleu Cocoon Natalia Franquet

Echarpe Natalia Franquet pulse noir

Echarpe Natalia Franquet Apache Prune

 

J’aime Nantes, ma ville d’adoption. Il y a 3 ans, j’ai eu envie de m’en inspirer pour faire des motifs textiles. Petit à petit, ces motifs, évocations de mes paysages quotidiens, ont pris une tout autre destination : au lieu d’être imprimés sur un tissu, ils sont devenus des illustrations à part entière.

Merci beaucoup à tous les Nantais et les amoureux de cette ville qui ont choisi une de mes illustrations pour décorer leur intérieur ou pour l’offrir en cadeau. Vous êtes nombreux à m’en demander d’autres… Alors oui, il y en a en projet, juste un peu de patience, s’il vous plaît. « Nantes ne se fait pas en un jour » 😉

Rendez Vous créateurs Natalia Franquet - Octobre 2017

Les lignes douces, les couleurs poudrées et les détails délicats du travail de Valérie Delobal, créatrice de porcelaine d’exception, m’ont complètement fait craquer. En parfaite harmonie avec mes collections et mon travail.

Valérie Delobal chez Natalia Franquet

La porcelaine de Valérie Delobal chez Natalia Franquet

Les porcelaines de Valérie Delobal chez Natalia Franquet

SOOPZ Paris, ce sont de jolis savons 100% naturels, fabriqués à la main, à base d’huiles essentielles et saponifiés à froid. C’est aussi une ligne de produits de bain en tissus naturels. Pour un réveil aussi doux que les nuits passées dans des draps en lin…

SOOPZ Paris chez Natalia Franquet

SOOPZ Paris chez Natalia Franquet

Brodeurs aux mains d’or – fabrication artisanale au Pied de l’Himalaya

Il y a quelques mois, je suis partie en Inde. Dans la région du Cachemire, j’ai rencontré les hommes et les femmes qui brodent à la main mes coussins brodés ABSTRA. Un voyage aux sources de la création, d’un savoir-faire ancestral et de la fabrication artisanale.     C’est la qualité de son travail qui m’a incitée à m’arrêter devant le petit stand de Zamir, perdu au beau milieu du gigantesque salon international de textilede Francfort. Ses coussins brodés en laine étaient le résultat d’un savoir-faire ancestral parfaitement maîtrisé….Lire la suite de « Brodeurs aux mains d’or – fabrication artisanale au Pied de l’Himalaya »